Les adénomes rectocolique

9
Mar

Liés à la prolifération de cellules épithéliales et glandulaires de la muqueuse du gros intestin, ils présentent un degré de dysplasie (anomalies cellulaires) plus ou moins important. Leur taille varie entre quelques millimètres et 2 ou 3 centimètres et peuvent dégénérer en cancer colorectal.

Comprendre

Les adénomes recto-coliques apparaissent souvent après quarante ans, et ils présentent un risque de cancérisation lié à leur taille et à leur degré de dysplasie : la dégénérescence cellulaire est moins importante quand le polype est petit. Le temps de dégénérescence varie fortement d’un cas à l’autre.

Reconnaître

Leur découverte peut être liée à l’existence de rectorragies ou de crises douloureuses abdominales.
Souvent, ils sont révélés lors d’un examen systématique par endoscopie réalisée dans le cadre d’antécédents familiaux de cancer du côlon ou de polype intestinal.
Ils peuvent apparaître à l’occasion de la recherche de sang dans les selles, mais les polypes saignent rarement.
Le dépistage est avant tout basé sur l’endoscopie.

Traiter

On peut pratiquer une ablation endoscopique pour les polypes de moins de 4 centimètres.
Par la suite, l’examen anatomo-pathologique permet de définir la conduite à tenir.

  • Si le polype est bénin, une surveillance endoscopique annuelle suffit.
  • Si l’examen de laboratoire montre un polype en voie de cancérisation en surface, on effectue une surveillance endoscopique dans les mois suivants l’intervention par voie endoscopique.
  • Si le processus de cancérisation est plus avancé, il est nécessaire d’opérer, pour réaliser une exérèse plus large que celle que l’on peut effectuer par endoscopie.
  • Il faut également se résoudre à une intervention chirurgicale classique lorsque le polype fait plus de 4 centimètres de diamètre.

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.